EVALUATIONS : TOUJOURS SANS NOUS !

Publié le par Le Collectif

Le texte ci-dessous rappelle l'ineptie ainsi que le danger des évaluations Darcos,  et propose de les boycotter.
Mais les enseignants prennent des risques (sanction, retenue sur salaire) en faisant ce boycott.

En tant que parents d'élèves, nous pouvons , dans chaque école, nous en saisir avant la passation, comme cela a été fait l'an dernier spontanément dans plusieurs écoles.

Si cette démarche vous intéresse, répondez à cet article pour vous faire connaître. Plus nous serons nombreux, plus nous aurons de poids !

Un appel de résistance aux évaluations nationales sera lancé au début du mois de janvier 2010, à quelques jours de la passation des évaluations pour les CM2. Il sera signé par de nombreuses organisations pédagogiques et syndicales, ainsi que par des enseignants du primaire. Je vous invite à découvrir cet appel et à proposer votre signature (Nom, prénom, qualité) en l'envoyant à Sylvain Grandserre  syletco@free.fr

EVALUATIONS : TOUJOURS SANS NOUS !
 
Au cours de l'année scolaire 2009, les évaluations nationales destinées aux élèves de CM2 et de CE1 - et voulues par le Ministre Xavier Darcos -  sont arrivées dans les écoles comme s'il s'agissait des sujets du baccalauréat (documents secrets fournis la veille pour le lendemain). Rarement un dispositif aura provoqué autant de réactions négatives, chez les enseignants du premier degré comme chez les parents d'élèves,  et pour cause. Il s'agissait en milieu d'année scolaire d'évaluer une année entière, qui plus est sur des nouveaux programmes récemment imposés. Plusieurs épreuves étaient inadaptées (niveau de difficulté, temps accordé). De plus le mode de correction qui n'admettait que 1 ou 0 pour évaluer  rendait impossible l'analyse des raisons de l'échec d'un élève. Enfin, le risque d'une communication publique des résultats, et donc d'une mise en concurrence des écoles, était entier.
 
Malgré les protestations massives et argumentées des professionnels de l'Education et la non communication de 30 % des résultats de CM2,  toutes les écoles de France retrouveront en janvier (CM2) et mai (CE1) prochains ces évaluations, dans l'état pédagogiquement irresponsable où elles étaient apparues, avec les mêmes aberrations, la même nuisance et les mêmes risques.
 
Par ailleurs, la passation des épreuves était récompensée par l'attribution d'une prime de 400 €, dont la répartition va à l'encontre du principe républicain d'égalité, générant ici ou là tensions et conflits (partage entre collègues sur un même poste, problème des remplaçants, enseignants ayant changé d'école). Tout cela s'appliquant à géométrie variable : ainsi quand certaines académies distribuent facilement la prime, d'autres ne le font qu'après total respect de la procédure. De même, au prétexte "d"un service de fonctionnaire non fait", des collègues ont perdu, en plus de la prime, une journée de salaire.
 
C'est donc avec un mépris affiché et infantilisant que l'administration va à nouveau réclamer la passation de ces évaluations à des enseignants qui ne seraient pourtant pas opposés à de véritables outils au service des élèves et de leurs apprentissages.
 
Voilà pourquoi nous invitons les maîtres et maîtresses pour lesquels le ministère réduit le service à l'obéissance et à la gestion de la pénurie (suppressions massives d'emplois, semaine de 4 jours, nouveaux programmes, aide personnalisée, fichier informatique base-élèves, fin programmée des RASED et des IUFM), ainsi que les parents d'élèves, à s'opposer à ces évaluations selon les modalités de leur choix : boycott (un élève absent invalide les évaluations), simple passation des compétences déjà travaillées, notation plus intelligente, autre usage des documents... Dans tous les cas, nous demandons à nos collègues de ne transmettre aucun résultat à l'administration ou à le faire sous des formes qu'elle ne pourrait pas exploiter. Nous invitons les conseils des maîtres à soutenir publiquement ceux d'entre eux qui, au CM2 comme au CE1, seraient conduits à agir ainsi dans l'intérêt des élèves, premières victimes de cette ineptie.
 
Enfin, nous appelons tous ceux – enseignants, parents, syndicats, mouvements pédagogiques, associations de l'éducation populaire, fédérations de parents d'élèves - qui se reconnaîtraient dans la justesse de cette action à rejoindre cet appel et à le diffuser largement autour d'eux dans l'intérêt et le respect de nos élèves et des valeurs qui fondent l'école de la république.
 

Publié dans Infos et réactions

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article